Toutes les actualités
de SwingMobility

12
Juin
2017

Application de CRM mobile : vers quel système d’exploitation se tourner ?

CRM commercial
crm multi OS

Android, iOS, Windows : quel système d’exploitation choisir lors d’un projet de création d’un CRM mobile ? Quels sont les avantages de chaque plateforme ? Une multitude de questions stratégiques que tous les DSI ou chefs de projet se sont déjà posées.

Pour répondre à ces interrogations incontournables, nous avons demandé l’avis d’Olivier Stepien (Ingénieur Développement d’Applications Mobiles, Expert IHM), Jérôme Gully (Bac+3 Responsable en Conception et Développement de Solutions Mobiles) et Fabien Jaegle (Ingénieur Développement d’Applications) chez SwingMobility.

Quelles sont les plateformes les plus utilisées et pour quelles raisons ?

JG : Dans un contexte BtoC, Android occupe la première place en termes de part de marché par rapport à Apple ou Windows. Vous pouvez par exemple trouver des téléphones ou des tablettes dits de « seconde zone » à des prix bien plus attractifs chez Android que chez ses concurrents (à l’exception de Samsung qui se positionne sur du haut de gamme).

OS : Dans le milieu professionnel, la tendance est un peu différente. Apple a longtemps dominé. Désormais, les produits professionnels Android et Windows sont plus nombreux et les différences de prix de moins en moins moins importantes. De plus en plus, Apple fait face à une forte concurrence menée par d’autres marques toutes aussi performantes.

FJ : A noter également que Windows est arrivé dans la course un peu après ses concurrents, du coup, la marque n’est pas encore autant implantée sur le marché.

« Longtemps c’était l’avènement de l’iPad dans le milieu professionnel. Les produits Apple étaient plus répandus mais progressivement la tendance change. »

CRM ipad android

Quelles sont les plateformes les plus utilisées et pour quelles raisons ?

OS : Chez Apple, nous pouvons souligner la performance des appareils. Ce sont de beaux produits puissants dont la durée de vie (sauf choc) est bonne. De plus, la puissance de développement (le SDK – librairie pour développer) est très riche. Le principal inconvénient réside dans le paramétrage et la gestion des publications.

La plateforme iOs est très sécurisée et demande de nombreux certificats à renouveler chaque année. Le déploiement de l’application peut alors devenir complexe (publication « In House » qui demande de renouveler les certificats tous les ans ou sur l’AppStore qui requiert une validation de l’application par Apple).

JG : Android est une plateforme très intéressante et attractive en termes d’investissement. Par rapport aux appareils Apple par exemple, vous pouvez trouver des devices aux spécificités techniques équivalentes à prix plus bas. C’est une technologie open source qui peut être utilisée par n’importe quel constructeur. Néanmoins, il faut noter qu’il s’agit d’un code open source utilisé par de nombreuses entreprises. Il peut donc y avoir des variations de comportements et d’interfaces.

FJ : Windows est une plateforme très répandue. Aujourd’hui, tous les PC achetés dans le commerce sont vendu avec Windows. Depuis peu, Windows essaie également de se rapprocher de Linux en intégrant son environnement pour conquérir de nouveaux utilisateurs qui ont préféré l’open source. Du point de vue des inconvénients, cette plateforme accuse un léger retard par rapport aux autres qui sont bien implantées dans l’univers des tablettes et de la téléphonie. Ces dernières se projettent même déjà dans les objets connectés.

application crm developpeurs

Est-ce qu’on conçoit d’abord l’application CRM et ensuite on définit l’OS ?

OS : Au-delà de la partie codage en tant que telle, nous avons une grosse part d’analyse et d’architecture du CRM mobile. Du coup, dès le départ il faut réfléchir à une construction multiplateforme et à la technologie. C’est très rare de se limiter à une plateforme sauf dans le cas où vous vous adressez à une clientèle bien spécifique. Si votre marché s’adresse à une cible large (BtoB comme BtoC), il n’est pas recommandé de se limiter à une seule et même plateforme. Chez SwingMobility, notre objectif de base est toujours de fournir 3 players avec le même niveau de fonctionnalité, de stabilité et de design.               

« Développer ce n’est pas écrire ; développer c’est penser. Nous sommes comme des enquêteurs, on fait des suppositions. C’est aussi ce qu’il faut aimer dans notre métier.  Ce n’est pas forcément une facette du travail connue par le grand public.»

FJ : Dans cette tendance, Windows a par exemple racheté une entreprise qui conçoit des codes cross plateforme qui permet d’écrire un seul code qui s’exécute sur les différentes plateformes. Pour de petites applications simples (de types catalogues et vitrines) c’est très pratique. Chez SwingMobility, nous avons fait le choix de développer une application mobile CRM native pour chaque plateforme. De cette manière nous offrons plus de performance, une richesse technologique plus large et une expérience unique.

Comment migrer vers un CRM sur iPad ou autre ?

OS : Chaque système à son propre code mais il est très rare d’avoir une application qui soit spécifique à un seul store. Les entreprises font généralement le choix d’investir sur plusieurs plateformes. Dans le cas de notre CRM mobile, nous facilitons la vie de nos clients avec 3 player natifs. Grâce à notre outil de paramétrage (SwingStudio), le client peut adapter l’application CRM mobile en fonction de ses besoins. Cette méthode permet de créer et déployer facilement une application métier sur l’OS de son choix.

JG : Choisir une seule plateforme est restrictif et engendre une perte de part de marché. Les statistiques indiquent qu’aujourd’hui 80% de la population utilise un téléphone sous Android et 15 % sur iOS. Pourtant dans ces 80% d’utilisateurs Android, une partie utilise seulement les fonctionnalités basiques de l’appareil : envoyer des messages, téléphoner, etc. A contrario, sur iPad et iPhones, les clients achètent et utilisent plus d’applications que sur Android. Les modes d’utilisation des outils diffèrent aussi selon le système.

 

FJ : Apple et Google mettent désormais à disposition aux DSI des outils de tracking et de statistiques via leur store. Ces derniers nous permettent de constater et de comparer les habitudes et modes d’utilisation par système d’exploitation : Combien de personnes ont ouvert l’application ? Combien l’ont téléchargé ? Dans quel pays l’application est-elle téléchargée ? Quel est le temps passé dessus ? Etc.

Comment fonctionnez-vous au sein de votre équipe ? (ex : si vous avez une modification à faire)

OS : Le principal atout de l’équipe SwingMobility réside dans la coopération. Nous travaillons constamment de concert, partageons nos expériences et difficultés pour avancer. Apprendre des autres et partager ses connaissances, une dynamique qui permet un travail efficace.

Nous travaillons en méthode agile. Nous nous voyons toutes les semaines. Nous proposons de nouvelles choses, nous analysons ensemble et ensuite nous faisons remonter l’information au service R&D qui se charge des nouveautés. Notre quotidien est donc rythmé entre un temps consacré à la maintenance et un temps dédié à l’évolution du produit.

FJ : Afin de fonctionner efficacement, nous faisons des points hebdomadaire rapides sur ce que nous avons fait la semaine précédente, sur ce que nous sommes en train de faire actuellement et sur ce qu’il nous reste à faire. Cela permet de redéfinir, si besoin, les priorités en fonction des urgences projets.

A côté de cela, il nous faut également suivre les évolutions du matériel et des plateformes car la nouveauté peut aussi bien créer de nouvelles opportunités comme des points de blocage.

« Nous connaissons bien notre plateforme et son potentiel .  La veille technologique fait partie intégrante de notre métier.  Nous sommes avant tout des passionnés de notre métier et de nos plateformes respectives ! »